50  ans  d'existence : La Vigie va donc entamer le début de sa deuxième partie de mandat pour devenir, peut -être, centenaire !
Ceci nécessitera l'adhésion des uns et des autres à un projet, proposé par des membres qui souhaitent s'impliquer, à côté du cadre strict des institutions, dans ce qui fait la vie d'une cité.
Notre monde se trouvant confronté à des problématiques de plus en plus aigües, et nos démocraties apparaissant fragilisées, il nous apparait que la société civile se doit de s'inscrire dans cette démarche volontariste : s'informer, analyser, comprendre et au final donner un avis pertinent et opposable. 
Ceci ne veut pas dire opposition mais plutôt éclairage et propositions d'éventuelles alternatives face aux schémas classiques, fruits d'un système et d'une hiérarchie qui souvent manque en France de transparence et parfois de communication.
Nous allons donc continuer à travailler comme La Vigie le fait depuis 50 ans, en éditant de notre revue et à  donner nos  avis (enquêtes publiques) tout en s'obligeant au respect des uns et des autres pour garantir des liens forts avec les institutions qui nous gouvernent, mais en essayant d'influer sur celles-ci quand cela nous apparaitra nécessaire pour le bien collectif.
Pour l'instant place à ce bel anniversaire et à une fête qui n'est que le juste retour aux Trinitains de leur soutien déclaré, ou non, à cette dame devenue respectable qu'est La Vigie, héritage de ses respectueux aïeux : Jean Beauseigneur, Marie-Rose (Manose) Le Goff, Georges Trunet.